Bienvenue en Creuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des moules perlières en Creuse

dimanche 3 mars 2013, par Yves

La mulette survivra-t-elle à la pollution des cours d’eau due à l’activité humaine ?

Mulette

Gille Barthélemy, de l’ONEMA, et Pierre Audonnet, qui a conduit une étude avant travaux durant deux mois. (Photo Sylvie Berche)

La structure La Rabouillère a lancé une étude afin de restaurer les conditions écologiques naturelles de la moule perlière, menacée d’extinction.

Question coquillages, en Creuse, on pensait ne devoir se satisfaire que des escargots et des fameuses huîtres de Sardent. Sauf qu'au fond de nos rivières, il y a aussi des moules… Mais pas question d'en faire une mouclade : elles sont protégées. Ces mulettes ou moules perlières, Margaritifera Margaritifera (la porteuse de perles) peuvent mesurer jusqu'à 13 centimètres et vivre de 20 à 30 ans. Drôle de bestiole qui vit en symbiose avec… la truite fario, autre espèce fragile.

Cette moule est toute ouïe

En effet, à l'état de larve, elle est aspirée par le poisson qui loin de la boulotter va la conserver au frais dans les lamelles de ses branchies entre un et dix mois. Au bout de ce délai, elle se laisse choir de son étrange nurserie, dans un milieu supposé favorable, pour s'enfouir dans le substrat du cours d'eau entre trois et cinq ans.

Dans la Leyrenne, affluent du Taurion, une zone Natura 2000, des spécimens de mulettes ont été découverts dès 2004. Et signe qu'elles ont l'art de choir dans le bon substrat, c'est sur une parcelle appartenant à Christophe Durand qu'elles ont été décelées. Et ce dernier n'est autre que le président de la Rabouillère, une structure qui s'est donnée pour mission de défendre l'environnement. Pas folle, la moule !

Et c'est ainsi que ce coin de Creuse est devenu la seule et unique station d'étude de la présence de la mulette et les conditions nécessaires à sa survie. Un inventaire très précis a été réalisé, centimètre par centimètre, dans les fonds du cours d'eau, sur une superficie de 30 à 50 m2.

Un état des lieux régulier permettra de recenser le nombre d'individus présents et de voir si les initiatives de la station portent ses fruits. La Creuse est d'ailleurs l'un des départements précurseurs de ce genre de projet.

L'extinction menace

Au bout de cette première étude, qui vient d'être présentée à la mairie d'Augères (*), une triste évidence émerge : une diminution inquiétante de cette population sensible à la qualité de l'eau. Environ 80 spécimens vivaient sur la station en 2010, 54 en 2012, soit une perte de 35 % de la population. C'est pour cette raison que des démarches sont entreprises pour faciliter leurs conditions d'installation et de séjour.

Ainsi, il est nécessaire d'éloigner les troupeaux du cours d'eau afin de limiter le piétinement des berges qui participe à l'ensablement : cause majeure de la mortalité des moules perlières. «Les traitements antibiotiques et antiparasitaires répandus par les rejets des bovins en est une autre, d'où la nécessité de préserver les rives, et sa végétation, la ripisylve », souligne en conclusion Christophe Durand. C'est ce qui est actuellement mis en place à la Rabouillère : « Ainsi, complète Gilles Barthélemy, la restauration des conditions écologiques naturelles est la solution à mettre en oeuvre à l'échelle d'un bassin-versant pour maintenir la qualité de cette ressource indispensable qu'est l'eau cristalline de nos sources et ruisseaux. »

Et les perles ? Cette espèce permettait, comme l'huître, de produire des perles d'élevages plus économiques que celles des huîtres perlières. Elle donna lieu à une exploitation pendant longtemps, aujourd'hui quasi-abandonnée en France. Sauf que pour espérer récupérer une perle, il faut ensemencer un millier de mulettes… Peu rentable.

L'Auberge des Templiers à l'honneur

Coup de coeur de la rédaction du magazine "Le Chef" pour l'Auberge des Templiers

L'auberge a malheureusement fermé depuis.

Tremplins 2012

Trophées Le Chef - Tremplins 2012

La soirée « Trophées Chef de l’année » a certes fédéré un parterre de convives étoilés nombreux. Les lauréats récompensés étaient, pour la plupart, issus de palaces ou de grandes maisons dont le renom et le prestige ont depuis longtemps dépassé nos frontières. En organisant ces Trophées, la rédaction du Chef avait choisi de célébrer la technicité, la créativité, l’excellence et l’audace. En parallèle de ces distinctions et prix, le magazine Le Chef n’a pas omis, cette année encore, de saluer les premières installations.

Hommage donc à l'entreprenariat, au sens de la gestion, à l'originalité et aux compétences culinaires des chefs qui ont fait l'objet d'une sélection de la rédaction nommée "les Tremplins".

Arnaud Baldereschi a repris depuis quelques mois cette institution creusoise qu'est l'Auberge des Templiers à Jarnages avec son épouse Sabine avec l'idée d'insuffler un vent de créativité culinaire dans une région attachée à une cuisine plutôt classique. Avec 225 000 € d'investissement couvrant l'achat du fonds, les travux et la décoration, Arnaud et Sabine pilotent un hotel-restaurant de 7 chambres, une salle de 45 couverts et un espace bistrot.

L'innovation, pour Arnaud Baldereschi, c'est une règle d'or, une véritable philosophie qui s'illustre à la lecture d'une carte qui change toutes les 3 semaines. Nous souhaitons que leur établissement devienne une adresse de référence, il semble que leur rêve de décrocher une étoile Michelin n'est pas hors de portée mais nous apprécions pour le moment l'accessibilité de leurs prix !

La soirée « Trophées Chef de l’année » a certes fédéré un parterre de convives étoilés nombreux. Les lauréats récompensés étaient, pour la plupart, issus de palaces ou de grandes maisons dont le renom et le prestige ont depuis longtemps dépassé nos frontières. En organisant ces Trophées, la rédaction du Chef avait choisi de célébrer la technicité, la créativité, l’excellence et l’audace. En parallèle de ces distinctions et prix, le magazine Le Chef n’a pas omis, cette année encore, de saluer les premières installations. - See more at: http://www.lechef.com/les-tremplins-2012-le-coup-de-coeur-de-la-redaction/#sthash.pmC9FwFV.dpuf
La soirée « Trophées Chef de l’année » a certes fédéré un parterre de convives étoilés nombreux. Les lauréats récompensés étaient, pour la plupart, issus de palaces ou de grandes maisons dont le renom et le prestige ont depuis longtemps dépassé nos frontières. En organisant ces Trophées, la rédaction du Chef avait choisi de célébrer la technicité, la créativité, l’excellence et l’audace. En parallèle de ces distinctions et prix, le magazine Le Chef n’a pas omis, cette année encore, de saluer les premières installations. - See more at: http://www.lechef.com/les-tremplins-2012-le-coup-de-coeur-de-la-redaction/#sthash.pmC9FwFV.dpuf
Trophées Le Chef – Les Tremplins 2012
Trophées Le Chef – Les Tremplins 2012

Architecture et design

dimanche 14 octobre 2012, par Yves

Pour le design, ils sont présents dans les endroits branchés comme chez Merci, boulevard Beaumarchais à Paris, mais ils fabriquent à Gouzon. Exemple, la table en bois de palettes :

Table par la Cigüe

Il s'agit de "la Cigüe" (et ça c'est du site design !).

Creusois farceur & co

DSK, comme "Drink safran kiwi": "Les gens aimeront ou n'aimeront pas, mais une chose est sûre: ils s'en souviendront!", lance Stéphane Briault, l'un des deux créateurs du produit, interviewé par La Montagne. "C'est un produit 100 % naturel, base de kiwis bio de l'Adour, de sirop de canne bio, sans colorant ni conservateur", explique son binôme Patrice Guillard au journal.

Soda DSK

Fabriquée à Saint-Marien, dans la Creuse, la boisson gazeuse aux prétendues vertus aphrodisiaques sera bientôt commercialisée -10.000 bouteilles seront produites- dans des points de vente aux accents branchés comme l'Aire des Monts de Guéret ou des boîtes de nuit, espèrent les deux compères. Mais le DSK ne se dénichera "pas en grandes surfaces", précisent-ils. A 16 euros les six bouteilles de 27cl, difficile de se les offrir sans tiquer.

Sentier lumineux

dimanche 19 août 2012, par Yves

On profite de la canicule pour faire le tour de la ville, et là le spectacle du nouvel éclairage de la place nous saute aux yeux.

sentier-lumineux.jpg

Le nouvel éclairage est très différent de l'ancien. Mais avec d'autres avantages, la fontaine amène un peu de fraicheur et le "sentier lumineux" en leds bleues nous guide vers l'église également mise en valeur.

Je regrette de ne pas avoir pris en photo l'ancien éclairage : des canons à lumière annonçaient l'église de très loin ce qui avait de l'allure quand on arrivait de nuit. De près c'était moins bien par contre.

Marché le mardi, photo souvenir

mardi 24 juillet 2012, par Yves

Le marché a lieu tous les mardi sur la place de l'église.

Et on y fait des rencontres...

Marché 2012

Souvenir, souvenir, notre ami militant aux admirables confitures est mort cet hiver, alors une pensée pour lui.

Feu d'artifice

dimanche 22 juillet 2012, par Yves

Gouzon est une ville curieuse. C'est le seul endroit à ma connaissance ou l'on tire 2 feux d'artifice à une semaine d'intervalle.

Feu d'artifice 2012Question : duquel des deux feux d'artifice s'agit-il ?

L'enquête continue : rivalités, magnificence ? Comment expliquer cette débauche ?

Bières 23

dimanche 15 juillet 2012, par Yves

Un anglais dans la France rurale. La bonne adresse si vous fêtez les évènements importants tels que l'anniversaire de la reine.

Brasserie Bières 23
2 place Lascougiraud - route de Marsac
23290 Saint Etienne de Fursac

La brasserie propose 3 bières régulières : blonde (4,2°) ambrée (4,5°) et gold (5°).
Et également des bières de saisons.

La brasserie vous prête la tireuse si vous achetez un fût (20 et 30 litres), têtes de fûts au format A. Pression de soutirage recommandée : 1,8 bars. Prix : 83€ les 30l en juillet 2012.

Bières 23

John Davidson, le brasseur, et Zézé livrant un fût de blonde pour fêter l'arrivée de Léonard.

Brasserie de la Creuse

3 micro brasseries en Creuse, c'est pas extraordinaire ? Adoptez la Brasserie de la Creuse à Felletin !

Oubliez la pisse d'âne (Kronenbourg et autres Kanterbrau), votez pour un produit authentique fait à côté de chez vous :Felis

  • fermentation haute
  • non pasteurisée
  • non filtrée
  • mise en bouteille sur lie
  • pas d'additifs (uniquement ou presque les ingrédients autorisés par le Reinheitsgebot)

3 bières régulières : blonde (5,5°) ambrée (5,5°) brune (4,5°).

Et l'étiquette a de l'allure.

Peyrat la Nonière

samedi 14 juillet 2012, par Yves

Peyrat la Nonière, une commune industrieuse.

A Peyrat-la-Nonière, la boutique qui défie le temps

Michel et Marie-Bernadette ont largement dépassé l'âge de la retraite mais vendent toujours du tabac et des vêtements. Leur commerce, La Maison Debelut, existe depuis 1924 dans cette commune de la Creuse.

Négociant en gros de vin, spiritueux et alcool

Bière en fût de la Brasserie des Cimes (Savoie)

Ets Pierre RIBOT
4 place du Lion
23130 Peyrat la Nonière
Tél. +33 5 55 62 37 36

Délice des abeilles

Francis LUQUET
« Luzier »
23130 Peyrat la Nonière
Tel/Fax +33 5 55 81 73 45

Francis Luquet est devenu en quelques années le Monsieur Nougat de la Creuse.
En peu de temps, cet apiculteur a développé une petite entreprise qui emploie 7 personnes pour fabriquer et valoriser le miel récolté sur ses 200 ruches. Il a débuté comme tous ses collègues, avec une ruche, puis deux, puis quatre…Vendre le miel, il y a quelques années était difficile. Il a du apprendre à fabriquer des pains d’épices, des nonettes, puis du nougat…Les amandes ne poussent pas encore en Creuse, mais le miel s’y récolte comme ailleurs. La recette n’est pas attachée aux pays du Sud. Francis Luquet l’a adaptée, a créé toute une série de nougats et de bonbons aux parfums classiques ou exotiques et vend aujourd’hui dans toute la France. Depuis peu, il fabrique même à façon des nougats avec le miel d’autres apiculteurs et a trouvé dans ce service une nouvelle opportunité.

La fabrique de nougat se visite !

Brasserie de la Motte Juillet

samedi 7 juillet 2012, par Yves

Ou trouve-t-on les meilleures bières du monde ? Tout simplement à la brasserie de la Motte Juillet (dans l'Allier sur la commune de Tréban à 95 km de Gouzon).

Heureusement, plus près de nous, la cave du Pont de Nautes à Montluçon propose ses bières. On les retrouve également au mois d'août au marché paysan de Chambon sur Voueize (si le camion ne tombe pas en panne).

La Motte Juillet

Le bonhomme à gauche c'est Chris Wallace l'incroyable brasseur. Comme de bien entendu son origine le prédispose aux jeux de mots dans le nommage de ses bières (je cite : la Bock'Age, la Décenn'Ale, l'Estiv'Ale, la Fou Allier, la Monac'Ale, l'Ale'Sacienne...).

Voici dans l'ordre mes bières préférées :

  1. La Bock'age : une amertume exceptionnelle, un houblonnage de grande classe
  2. La série "Fleurs de Houblons" et notamment l'Amarillo
  3. La Stout : arriver à un goût aussi parfait que la Guiness c'est admirable (de lapin pour rester dans le ton)
  4. La 03 (prononcer zéro trois) : moins houblonnée que la Bock'age et donc parfaite pour tous

En tout cas vous aurez deviné que Chris est un maître du houblon, il y a même une cuvée spéciale réalisée avec le houblon qui pousse devant la brasserie (une variété "Bourgogne" si je me souviens bien).

Uniquement des bières de caractère ! Disponibles en fûts, têtes de fûts au format S.

Le pâté de pomme de terre

Le fleuron de la gastronomie creusoise est sans conteste le "pâté de pomme de terre". Cette spécialité a pour caractéristique de n'être produite que les vendredi dans les bonnes maisons.

ATTENTION : ne le faites pas vous-même à la maison, ne cherchez pas la recette, le résultat serait déplorable. Vous n'êtes pas taillés pour faire une bonne pâte feuilletée. N'imaginez même pas avoir recours au surgelé ou ne m'adressez plus la parole.


Pâté de pomme de terre

Le meilleur pâté de pomme de terre est acheté chez un vrai boulanger. Le meilleur est à Gouzon : c'est la boulangerie Tartry sur l'avenue du Berry (direction Boussac).

La recette est simple : dans une délicieuse pâte feuilletée une épaisse couche de pommes de terre coupées en rondelles, l'ensemble est cuit au four de boulanger et à la fin une copieuse dose de crème fraiche épaisse est mise à l'intérieur du pâté (il y a aussi quelques ingrédients mystère, mais à quoi bon ?).

Je répète : vous ne pouvez pas y arriver chez vous, vous n'avez pas de four de boulanger, vous n'avez pas de bonne crème fraiche, pas plus que de bonnes pommes de terre.

Il existe des variantes du pâté de pomme de terre dans les autres départements du Limousin. ÉVITEZ les, en Corrèze ils ne mettent pas assez de crème, en Haute-Vienne ils mettent de la viande dans le pâté (un vendredi...).

Paul Poiret

dimanche 1 juillet 2012, par Yves

Créateur de la mode du XXe siècle, Paul Poiret surnommé le "pacha de Paris" fut l'homme qui désincarna le corps de la femme. Personnage inspiré, flamboyant et flambeur, costumier pour Sarah Bernhardt et pour Marcel L'Herbier (« L'inhumaine »), mécène de Modigliani et de Raoul Dufy, acteur avec Colette. Il inventa pour Arletty le métier de mannequin, et fit bâtir par Mallet-Stevens sa résidence francilienne.

Ruiné par la crise de 1929, il termina sa vie dans une misère digne. Fuyant Paris et la guerre il se réfugia pendant deux ans à Gouzon où il se fit peintre et qu'il quitta, en 1943, pour Marcillat-en-Combraille.
L'extravagance du grand couturier, malade et ruiné, détonnait un peu dans le calme paysage de cette campagne, qu'il parcourait avec son chevalet sous le bras.

Le centre culturel de La Celle-sous-Gouzon lui a consacré une exposition en 2007.

L'hôtel Beaune

Dans les années 30 Henry Beaune, excellent cuisinier, marque l'histoire gastronomique de Gouzon en compagnie de sa femme Marie, qui avait un accueil particulièrement chaleureux.

On disait l'hôtel Beaune et effectivement il avait une dizaine de chambres mais c'était surtout un restaurant. La recette la plus réputée en était les ris de veau à la crème.

Henry Beaune était aidé par un cuisinier qui est devenu célèbre également, Robert Sourdille.

L'hôtel était une étape incontournable pour une clientèle huppée essentiellement parisienne. Durant la guerre, Gouzon était en zone libre et à l'hôtel Beaune il y avait toujours à manger. Les nombreux chasseurs pêcheurs et braconniers de la région fournissaient des victuailles pour ce grand restaurant. Le restaurant a vu passer quelques hommes célèbres à l'époque : Henry Queuille (président du conseil sous la 4ème république), le roi des  Belges, le grand couturier Paul Poiret, sans oublier les coureurs du tour de France...

En 1947 l'hôtel Beaune a obtenu un "macaron" dans le guide Michelin.

hotelbeaune1923.jpg

Château du Mazeau

dimanche 24 juin 2012, par Yves

L'adresse du château n'a pas changé depuis le XVIème siècle, renseignez-vous à l'Office du tourisme de Gouzon pour des informations à jour sur les dates d'ouverture à la visite (généralement juillet/août).

Les liens webs recensés:

Comment y aller ?

samedi 23 juin 2012, par Yves

Coordonnées :
Latitude 46.08122934
Longitude 2.26784671

Trajets

Une fois à Peyrat la Nonière le château est indiqué.

Peyrat la Nonière

Scierie Chignac dans la forêt de Tronçais

dimanche 17 juin 2012, par Yves

La forêt de Tronçais n'est plus à vendre : elle est à brader. C'est l'office National des Forêts (ONF) qui est chargé de la liquidation.

Et malgré cela quelques irréductibles maintiennent pour quelques temps encore le souci de la qualité et nous offrent des produits exceptionnels.

Parmi eux la scierie Chignac à Meaulne qui nous a fourni du parquet en chêne et des lambris en châtaignier pour nos travaux : accueil chaleureux, production locale, service personnalisé (débit sur mesure, livraison), que demander de plus ?

Le village sculpté de Masgot

Site exceptionnel, le village sculpté de Masgot (prononcez "magot") vous attend au centre de la Creuse.

Maison d MasgotFrançois Michaud, paysan-tailleur, de la même lignée que le facteur Cheval a sculpté le granit pour décorer ses maisons successives et les clôtures de ses champs au XIXème siècle.

Mais on peut aussi découvrir les traces des anciennes activités agricoles en empruntant les chemins qui partent du village (notamment un abri de berger, une cressonnière, une chanvrière... tout cela est bien indiqué et mis en valeur).
Sculpture de Masgot

La lumière!

A Mérinchal était basée une entreprise de haute technologie : Sylumis (anciennement Led To Lite). Elle à réalisé par exemple l'éclairage des EMGP à Paris :

SylumisLed To Lite a bénéficié en 2009 du FSI (Fonds Stratégique d'investissement) de la Caisse de Dépôts.

Un article de la Montagne mentionne la réussite de l'entreprise dans l'appel d'offre pour la réalisation du stand Dior aux Galeries Lafayette en janvier 2011.
Il précise que "les techniciens de Led to lite ne sont pas les seuls creusois d'adoption à avoir fait une lumineuse entrée aux Galeries Lafayette Haussmann. Jules Védrine, héros de la Grande Guerre, avait fait dessiner une tête de vache sur le fuselage de son avion en hommage aux origines limousines de sa famille. Le 19 janvier 1919, il décolle d'Issy-les-Moulineaux pour relever le défi des Galeries Lafayette qui offrent une récompense de 25.000 F à celui qui parviendra à se poser sur son toit (28 mètres x 12 mètres). Jules Védrine réussit le challenge mais doit s'acquitter d'une amende de 16 F ce qui n'entame pas sa bonne humeur."

RCEA, la Route Centre Europe Atlantique

La Route Centre Europe Atlantique est à la fois la meilleure et la pire des choses. Elle a même son article sur Wikipédia.

Le côté positif c'est bien évidemment de faciliter l'accès à la région, aussi bien pour y venir que pour en partir :-)
Et de faire baisser le nombre d'accidents. Dans notre secteur l'axe autoroutier est gratuit et la vitesse est limitée à 110 km/h.

Le côté négatif c'est, outre la nuisance habituelle liée aux autoroutes, le fait que cet axe est essentiellement emprunté par des camions.

Et bien évidemment le triomphe du tout camion va en parallèle avec la disparition des transports en commun (disparition des lignes de chemin de fer locales, remplacement par des bus puis disparition des bus). Sinistre, personne ne remet en cause la nécessité d'investir et de transformer l'axe en autoroute 2x2 voies. Accidentologie oblige.

Record national : sur la partie centrale de l'axe, le trafic a augmenté de 32,8% de 1994 à 2003 (15,3% sur la France), la part des poids lourds étant de 29% (12% sur la France).
L'augmentation est due notamment au développement des échanges entre l'Espagne et le reste de l'Europe (hausse de 79% du nombre de poids lourds qui traversent l’Aquitaine, et doublement des poids lourds à la frontière au Biriatou).

RCEA, la pollution au service du gaspillage, le gaspillage au service de la malbouffe. La RCEA ne tue plus les automobiliste, elle assassine l'agriculture et les paysages.

- page 2 de 4 -