Bienvenue en Creuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entries pour Mot-clé "écologie"

Fil des billets

Non au mines en Creuse

jeudi 25 septembre 2014, par Yves

or_nature.jpgPour votre survie, soutenez le Collectif de vigilance sur les projets miniers Creusois.

Sur son site minesencreuse.blogspot.fr voyez comme sont mises à bas les idées reçues sur le projet :

  • ça va créer de l'emploi ?
  • ça va dynamiser l'économie locale ?
  • des mines sans pollution ça existe ?
  • les techniques s'améliorent ?
  • c'est juste une prospection ?
  • on a le temps ?

Allez faire un tour à Budelière, quel dégât pour une quinzaine de tonnes d'or : le Châtelet a peut-être été une mine d'or mais c'est maintenant surtout une mine de résidus toxiques pour laquelle NOUS payons encore et toujours.

Convoi exceptionnel

dimanche 11 mai 2014, par Yves

Eolienne
Vu en stationnement le samedi 10 mai 2014 en face du supermarché de Gouzon : un transport d'aile d'éolienne.
Par quel côté a-t-il bien pu partir ? Difficile de faire demi-tour en tout cas.

Les mines du Chatelet

mardi 22 mai 2012, par Yves

C’est en 1886, au cours des travaux de construction de la gare de Budelière, que furent mis à jour des filons de quartz à mispickel et pyrite. C’est le début de ce qui deviendra la seconde mine d’or française.

Ce gisement est constitué d’une série de filons enchevêtrés constitués de quartz et de granulites aurifères, encaissés dans le granit. Le minerai extrait au Châtelet est l’un des plus difficiles à traiter. En effet, l’or est en combinaison complexe avec l’arsenic au sein du mispickel. L’or n’est donc pas libre. Il nécessite un traitement complexe et coûteux.

Les teneurs en or étaient très variables. La moyenne était de 25 à 30 g d’or par tonne de minerais. En 1912, la mine réalise sa production la plus importante : 1012 kg d’or sont extraits du sous-sol du Châtelet. Au total ce sont 15 tonnes d'or qui auront été extraits de la mine.

En 1908, au plus fort de l’extraction du minerai, 300 mineurs travaillaient au fond, jusqu’à plus de 272 m de profondeur. Les conditions de travail étaient très pénibles : dans les galeries, on meurt de silicose, due à la poussière de quartz qui coupe les poumons. A l’usine de traitement, on meurt intoxiqué par les fumées qui contiennent de l’arsenic.

L’un des gros problèmes de la société des mines d’or fut celui de la main d’œuvre. Le travail y était difficile et relativement mal payé par rapport aux autres mines de la région. Pour retenir les travailleurs, il a fallu les loger à proximité, et leur fournir les services auxquels ils avaient droit dans les autres mines, en particulier, une cantine et une coopérative.

La construction de la cité débutera en 1907 et sera définitivement achevée en 1943. La mine ferme en 1955, faute de rentabilité, après avoir attirée de nombreux étrangers : espagnols, polonais, italiens... Elle aura laissé à ce petit village les traces d’une vie sociale intense, basée sur la solidarité et l’intégration.

En 2010-2011 des travaux ont été menés pour "dépolluer" le site (vidéo sur dailymotion).